Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
...:::Ansible:::...

...:::Ansible:::...

Tous les territoires de l'imaginaire, en vitesse supra-luminique. Chroniques sur le cinéma, la littérature, les jeux, séries TV, bandes dessinées.

Publié le par Spooky
Publié dans : #Livres

 

A Bordeaux, la capitaine Sidonie Sallenave de la police judiciaire et son adjoint Thomas Belloc, sont confrontés à de bizarres assassinats derrière lesquels semble être à l’oeuvre un meurtrier qui s’acharne sur des homosexuels trentenaires. Personne n’est mieux placé que Sallenave, une femme au tempérament bohème qui élève seule trois moutards diaboliques et Belloc, le brillant lieutenant secrètement gay, pour remonter la piste du tueur qu’ils ont surnommé « Vespa velutina », le frelon asiatique. Au cours de leur enquête qui les mène loin de Bordeaux et loin dans le passé, ils rencontrent Camille. Flanqué de Cristal Noir, son schnauzer géant, celui-ci recherche désespérément Gabriel, disparu lui aussi...

Jeanne Faivre d'Arcier a construit son oeuvre sur des romans fantastiques et policiers, s'adressant indifféremment aux adultes comme aux adolescents. Une partie de ses récits se passe à Bordeaux et sur le Bassin d'Arcachon, région où elle réside. Sur le présent blog je vous ai parlé du Vampire de Bacalan et des Encombrants. Ici nous sommes dans le cadre bordelais, avec des escapades en plusieurs points de la Gironde, ainsi qu'au Havre et à Paris, mais il s'agit bel et bien d'un roman régionaliste, dont l'éditeur La Geste est l'un des fers de lance. Le langage des personnages s'en ressent d'ailleurs, surtout au début du roman ; mais les circonstances permettent de bien comprendre les expressions locales, et de se concentrer sur ce drame, la disparition d'un col blanc et de son entourage qui réagit diversement à cette disparition. L'intrigue met un peu de temps à décoller, car Jeanne Faivre d'Arcier s'applique à bien poser le cadre de l'histoire, les enjeux, les positionnements et les relations entre les différents protagonistes, qui sont au final une douzaine, si on compte Cristal noir, l'énorme chien qui sert plus ou moins de béquille aux personnages cassés du récit. Cela leur donne une grosse couche d'authenticité, on s'attache plus facilement à eux. Et on s'en détache plus difficilement, lorsqu'on comprend que certains cachent des lourds secrets...

La barque de la romancière est ma foi fort bien menée, il y a des rebondissements que l'on ne sent pas venir, et encore une fois on sent son goût pour la comédie (ou le drame) de moeurs, avec son humour grinçant, accolée à un récit policier vraiment prenant malgré ses presque 500 pages.

 

Spooky

 

Voir les commentaires

Publié le par Spooky
Publié dans : #Livres

En fin d'année 2020 est sorti un nouveau recueil de Joe Hill, Le Carrousel infernal.

 

Un petit mot de ce titre, d'abord. Son titre original était Full Throttle, du titre de l'un des récits présents, coécrit avec son père Stephen King (Plein Gaz en VF), mais écrit en 2009 pour un collectif-hommage à Richard Matheson. Laquelle nouvelle a été publiée à part en 2014 par les Editions Jean-Claude Lattès. Du coup, lorsqu'il a fallu traduire (et publier) l'ensemble du recueil, c'est une autre nouvelle qui a été choisie.

 

Je ne vais pas vous parler des 13 récits présents, simplement de ceux qui m'ont marqué, pour de bonnes ou de mauvaises raisons. La première étant donc Plein Gaz, je vous renvoie vers ma chronique de l'époque.

Ma nouvelle préférée est probablement Les Retardataires. Elle raconte l'histoire d'un jeune homme qui devient conducteur de bibliobus après la découverte dans le garage de ses parents suicidés d'un livre à rendre à la bibliothèque locale. Mais ce bibliobus a une particularité : parfois montent à son bord des personnes qui semblent venues du passé, et qui ont visiblement besoin de lire un dernier livre. C'est une fable sur le temps, l'Histoire, les livres... Et je vous avoue que j'ai pris mon temps pour le lire, tellement je n'avais pas envie de descendre de ce bus...

Les deux dernières nouvelles sont très bonnes. D'abord Dans les hautes herbes, coécrit avec son père, raconte l'histoire de deux jeunes gens, frère et soeur (cette dernière enceinte et proche du terme), qui lors d'un roadtrip entendent un appel à l'aide venant d'un champ bordant la route. Ils entrent dans les hautes herbes... Pour ne pas en ressortir. A noter que ce récit a été adapté en film Netflix par Vincenzo Natali en 2019.
Ensuite Vous êtes libéré propose un scénario (catastrophe, forcément) suite à l'escalade d'amabilités entre un -désormais- ancien président des Etats-Unis et son homologue nord-coréen... Deux récits glaçants.

On notera que Joe Hill indique en postface les inspirations des différents récits.

 

Au final ce recueil est plutôt de bonne facture, avec des récits "typiquement kingiens" (c'est Hill qui le dit lui-même), et d'autres plus originaux, plus personnels, voire expérimentaux (je pense à Le Diable dans l'escalier et sa mise en forme particulière, ou encore à En direct du Cirque de la mort, ou comment vivre un véritable cauchemar sur les réseaux sociaux...). J'aime.



Spooky

Voir les commentaires

Articles récents

Hébergé par Overblog