Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
...:::Ansible:::...

...:::Ansible:::...

Tous les territoires de l'imaginaire, en vitesse supra-luminique. Chroniques sur le cinéma, la littérature, les jeux, séries TV, bandes dessinées.

Publié le par Spooky
Publié dans : #Livres

Shirley Jackson, autrice américaine décédée en 1965 à 48 ans, est considérée comme une autrice majeure de son pays, d'autant plus dans le genre fantastique, où elle a signé La Maison hantée (considérée comme un chef-d'oeuvre absolu par Stephen King) et la nouvelle La Loterie, entre autres. Mais ce n'est ni de l'un ni de l'autre dont je vais vous parler aujourd'hui, mais plutôt d'un roman un brin inclassable, considéré comme un classique du thriller.

 

We Have Always Lived in the Castle est sorti en 1962, et traduit en français sous le titre Nous avons toujours habité le château, en 1971. En 2012 une retraduction intégrale chez Payot Rivages le transforme en Nous avons toujours vécu au château, un brin plus respectueux de la lettre et de l'esprit de l'oeuvre originale. Mais passons sur ces considérations, et suivons cette jeune Mary Katherine Blackwood, 18 ans, membre de la famille du même nom qui habite un manoir au coeur de la forêt pas très loin du village, qui part faire ses courses hebdomadaires. Sous l'oeil stupéfait, voire méprisant de la quasi-totalité de la population du village, elle se rend à l'épicerie, se fait servir en priorité puis repart directement à la demeure Blackwood, faisant semblant de ne pas entendre les murmures sur son passage. Une fois arrivée, et après s'être assurée que personne ne l'a suivie et ne la guette aux alentours, elle ferme soigneusement le portail et se rend auprès de sa soeur Constance, de 10 ans son aînée, qui prépare le déjeuner de leur vieil oncle Julian, malade et impotent, qui finit de prendre des notes sur l'évènement qui a décimé leur famille six ans auparavant. Soucieuse de conjurer le mauvais sort, d'éloigner les intrus et les ennuis, "Merricat", comme la surnomme sa soeur, passe l'après-midi dans le grand jardin attenant au château, vérifiant que les trésors qu'elle a enfouis ou cloués un peu partout sont encore là.

Toute la vie des trois survivants, depuis l'évènement, est réglée par ces rituels qui dénotent une raison quelque peu défaillante, même si Constance, qui semble avoir joué un rôle central dans cet évènement, est de loin la plus sensée des trois. Et pourtant on comprend qu'il y a beaucoup d'amour dans ce trio, un amour peut-être renforcé par ce drame. Cela donne des conversations sans queue ni tête, à la fois dramatiques, inquiétants et... drôles par moments tant elles peuvent être absurdes. Cette vie bien réglée va se retrouver bousculée par l'arrivée impromptue d'un membre de la famille, dont les intentions n'apparaîtront qu'à la personne visiblement la plus dérangée du trio, et cela va amener un autre drame, d'une violence choquante, qui va obliger les survivants de la famille à se barricader (métaphoriquement et non métaphoriquement) encore plus, jusqu'à l'absurdité extrême.

 

C'est une lecture exigeante, très prenante, et il faut savoir lire entre les lignes pour comprendre certaines choses, mais pas toutes, certains éléments resteront à jamais un mystère... Mais c'est assurément une oeuvre maîtresse, à la lisière floue du conte de fées, du roman social et du thriller. Troublant, acide, déroutant, oppressant, étrange. A découvrir, assurément.

 

Spooky

Voir les commentaires

Publié le par Spooky
Publié dans : #Films

 

Divergente est, avec Hunger Games et Le Labyrinthe, l'un des fers de lance de cette vague d'oeuvres étiquetées young adult qui ont cartonné au début des années 2000 et ont connu rapidement des adaptations cinématographiques.

Avec des fortunes artistiques diverses, mais ces trois franchises sont allées au bout. Divergente a ainsi connu trois épisodes, et ce premier nous montre un futur immédiat dans lequel une guerre n'a laissé visiblement que la cité de Chicago debout. La société est réorganisée en 5 factions bien distinctes, caractérisées par leurs apport à ladite société : intellectuels, agriculteurs, techniciens, soldats... Passons sur le manichéisme de cette classification pour nous concentrer sur Beatrice, une jeune femme issue de la caste des Altruistes (les agriculteurs, gentils, attentionnés, mais qui sont au pouvoir), dont le test qui marque son entrée dans la vie adulte révèle qu'elle ne rentre dans aucune case. Elle est donc une Divergente, mais rêve d'intégrer les Audacieux, chargés du maintien de l'ordre. Elle garde donc le silence sur sa nature, et malgré ses débuts difficiles, parvient à être admise au sein des Audacieux. Mais elle apprend que l'ordre établi est sur le point d'être bouleversé par un coup d'Etat, et risque d'en être une actrice majeure.



J'ai souvent pensé à Hunger Games en voyant le film. Une héroïne jeune, dynamique, sportive (ou qui le devient) et va bousculer les codes d'une société entière. Mais là où la franchise ayant révélé Jennifer Lawrence se tenait plus ou moins, celle-ci pêche par une certaine naïveté. Pas mal de raccourcis dans l'histoire, des incohérences, comme la disparition pendant un tiers du film de l'un des leaders des Audacieux ; l'autre leader, avec lequel Beatrice noue une relation particulière, qui fait à peu près ce qu'il veut dans une société ultra-surveillée, et un casting d'inconnus, hormis Kate Winslet, qui ne brille pas vraiment par ses performances... Ajoutez à cela le score du casting, qui réussit à intégrer QUATRE acteurs de second rôle ayant EXACTEMENT la même tête. Ca fait un peu beaucoup, même si l'on assiste à une métamorphose (merci le maquillage) progressive de Shailene Woodley, qui tient le rôle principal. Ce côté aseptisé est d'ailleurs un mauvais point : il y a beaucoup de coups de feu dans Divergente, mais les morts de saignent pas, sauf quand il faut qu'on soit sûr qu'ils meurent... Et le côté futuriste n'est pas flagrant, sauf si on estime pertinents quelques ajouts architecturaux un brin paresseux et UNE voiture volante, au tout début du film. La mise en scène de Neil Burger n'est pas des plus inventives, même si j'ai vu pire. Ce n'est pas le pire navet du genre, mais pas du tout son chef d'oeuvre.



Bref, hormis l'idée d'un sérum qui plonge les candidats dans une simulation les confrontant à leurs peurs, TOUTES LEURS PEURS, on n'en retient pas grand chose.



Spooky

Voir les commentaires

Articles récents

Hébergé par Overblog